Seule…

A force de te laisser détricoter mon amour,

Tu es parvenu à l’anéantir,

Tu as écrasé mes « toujours »,

Tu m’a presque demandé de partir,

J’avais la rage, au cœur, au corps,

Je voulais y croire, encore,

J’acceptais tes départs,

Tes adieux de tous les soirs,

Je te laissais revenir,

Tu disais vouloir grandir,

Je croyais toutes tes promesses,

Je cherchais dans chacune de tes caresses

Ce désir qui s’est dissous,

Notre amour à dix sous…

So long capitaine

Je n’ai pas de haine,

Je suis juste…seule.

Encore…

L’âme qui feule,

Le regard qui mord

Les doigts qui pleurent

Le cœur qui s’éteint

Seule…

Publicités

~ par quedeleau sur 27 mai 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :